Allaitement : un peu d'Histoire pour voir ce qui se faisait il y a quelques siècles.

une gravure avec une représentation d'un allaitement

Dans les empires égyptien, grec et romain, les femmes ne nourrissaient généralement que leurs propres enfants en les allaitant.

Cependant, l'allaitement maternel a commencé à être considéré comme quelque chose de trop commun pour être pratiqué par la royauté, et des nourrices étaient employées pour allaiter les enfants des familles royales.

Cela s'est étendu au fil du temps, en particulier en Europe occidentale, où les femmes nobles faisaient souvent appel à des nourrices. Les femmes de la classe inférieure allaitaient leurs nourrissons au sein et n'utilisaient les services d'une nourrice que si elles n'étaient pas en mesure de nourrir leur propre enfant.

Des tentatives ont été faites en Europe au XVe siècle pour utiliser du lait de vache ou de chèvre, mais ces tentatives n'ont pas abouti.

Au 18e siècle, la farine ou les céréales mélangées à du bouillon ont été introduites comme substituts de l'allaitement maternel, mais cela a fourni une nutrition inadéquate. L'apparition des préparations améliorées pour nourrissons au milieu du 19e siècle et leur utilisation accrue ont entraîné une baisse des taux d'allaitement, qui s'est accélérée après la Deuxième Guerre mondiale, et pour certaines aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, l'allaitement était moins recommandé.

A partir des années 1960, l'allaitement maternel a connu une reprise qui s'est poursuivie dans les années 2000, même si les attitudes négatives à l'égard de cette pratique étaient encore bien ancrées dans certains pays jusqu'aux années 1990.

Aujourd'hui, les bénéfices de l'allaitement sont mondialement connus et c'est la méthode d'alimentation des nouveaux nés qui est privilégiée partout.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter notre dossier sur l'allaitement.

Coussin d'allaitement : bon rapport qualité / prix